Projet de développement intégré et durable des moulins et des fermes au Kenya

Une agriculture durable et efficace, une augmentation quantitative et qualitative de la production des petits et plus petits agriculteurs, un meilleur accès aux marchés, le transport des produits des zones rurales vers les centres de marché et un approvisionnement de la population en aliments de base résistant aux crises : Tels sont les défis à relever dans de nombreux pays africains à forte influence socio-économique et socio-politique.
ProLightAfrica et sa filiale ProLightKenya visent – avec un projet intégré, durable et résistant aux crises de développement de moulins et de fermes – à apporter une contribution importante et socialement pertinente au développement des infrastructures au Kenya. Le concept est censé servir de projet phare pour d’autres pays d’Afrique (de l’Est).
Grâce à notre moulin autarcique et au plan directeur de développement agricole intégré, nous voulons offrir à la population un approvisionnement résistant aux crises avec des aliments stables (farine de maïs, farine de manioc) à un prix équitable d’une part. D’autre part, avec ce concept, nous voulons offrir une option pour un développement durable de l’activité des agriculteurs.
Le concept est structuré de manière modulaire. En fonction des facteurs locaux, différents modules peuvent être combinés et adaptés à la situation.

Visual Maize Fram Development Project PLK new2

Dans un premier temps, nous souhaitons mettre en place une ligne de production de farine de banane afin d’aider les producteurs de bananes à commercialiser leurs produits sur les marchés allemand et européen. Un marché émergent pour la farine de banane se développe en Allemagne. La farine de banane, en particulier, ne contient pas de gluten, a une teneur élevée en protéines et est donc très intéressante pour l’industrie alimentaire. Pour démarrer le projet, nous avons accès à la production moyenne de deux petits moulins locaux (la production de farine de banane n’est pas courante au Kenya et cette façon de commercialiser les bananes est donc très nouvelle pour les agriculteurs locaux). Dans un deuxième temps, nous voulons mettre en place notre propre ligne de production, basée sur notre concept de moulin autarcique.
Selon notre concept, cela inclut:

  • mise en place et fonctionnement d’un moulin à bananes
  • affilié à une cogénération au biogaz pour la fourniture d’énergie autarcique
  • utilisation du biogaz et de la chaleur de la cogénération pour le processus de séchage des bananes
  • son propre parc de camions avec des camions tout-terrain, qui peuvent accéder aux exploitations rurales pour transporter les bananes jusqu’à l’usine. (solution  » de la ferme au marché « ).
  • Création d’un centre de formation pour les agriculteurs locaux

Il est envisagé de mettre en place une première production de farine de banane à Meru (Mont Kenya) et Busia (frontière avec l’Ouganda), avec la possibilité de mener un programme de développement agricole transfrontalier entre le Kenya et l’Ouganda.
En perspective, le moulin peut être étendu à un moulin combiné maïs, banane et manioc, avec des capacités de séchage et de stockage du maïs en grandes quantités.

En développant et en mettant en œuvre le concept du moulin à maïs, nous examinons la situation actuelle du marché du maïs au Kenya. Une poignée de grandes minoteries de maïs se partagent le marché du maïs et de la farine de maïs au Kenya. Ils dictent donc les conditions de production, les prix d’achat et de vente. Par exemple, aucun des huit principaux moulins à maïs n’accepte le maïs humide des agriculteurs, car les moulins n’offrent pas la possibilité de sécher le maïs. C’est pourquoi un grand nombre de producteurs de maïs se retrouvent avec leurs marchandises s’ils ne sont pas en mesure de faire sécher leur maïs. Dans le pire des cas, ils doivent abandonner et détruire complètement leurs cultures (comme cela s’est produit dans l’est du Kenya en 2010).
En particulier en temps de crise, le cartel des moulins augmente les prix du maïs jusqu’à un niveau vertigineux, alors qu’ils bénéficient accessoirement du maïs importé subventionné. Et le cultivateur de maïs local se retrouve plus que jamais avec son maïs.

Grâce à l’approche intégrée et autarcique, nous parvenons non seulement à assurer un développement agricole durable et un approvisionnement alimentaire stable pour la population locale en temps de crise. Mais nous gardons également la possibilité d’offrir la farine de maïs à un prix abordable et équitable, en dehors de la flambée des prix initiée par les spéculateurs, les profiteurs et les chasseurs de bonnes affaires. Cela améliorera également l’image de notre projet et des parties concernées.

Si vous souhaitez soutenir ce projet ou un autre, vous pouvez faire un don pour ce projet, devenir un membre de soutien ou travailler avec nous en tant que sponsor ou promoteur de projet. Consultez également les projets planifiés et réalisés sur le site web de notre siège international, le projet Lighthouse Africa. Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou par courriel.

Retour haut de page
Cookie Consent with Real Cookie Banner